©Fleur est tatouée par Samoth, Coco Bongo Tattoo Club/Tours et photographiée par Lætitia Gastini

 

En toute liberté…

 

à lire ce numéro de Tatouage Magazine, on pourrait penser que le bonheur est une question de volonté. Sans doute parce que
le tatouage donne envie à certains de tout envoyer bouler, de changer de vie, non pas pour partir sur une île déserte, mais pour être insérés dans la société sans être prisonniers de leurs carcans. Tôma de Fatalitas ou Pas de veine de chez Viva Dolor y ont trouvé de quoi s’épanouir et exprimer leur créativité, et les Suisses Simon et Fabien de Think Tattoo ont carrément plaqué leurs jobs pour la vie d’artiste. David Raspoutine, lui, s’est vu pousser des ailes qui l’ont emmené au Japon pour devenir apprenti d’un maître de l’Irezumi traditionnel. Quant à la Tourangelle Fleur Vanhouten, qui nous fait l’honneur de la couv’ du magazine et de cet édito, elle a délaissé la pâtisserie pour jouer les oiseaux de nuit. Et exhiber lascivement ses tattoos en musique. En toute liberté.

Jérôme Pierrat, rédacteur en chef