Guillaume d’Urchink

Guillaume d’Urchink

Un entrepreneur au service du tatouage

Texte : Obeyingthemoon – Photos : @verophoto___

Guillaume incarne par excellence la définition d’un passionné de tatouage. À 36 ans, il est à la tête d’une application nommée urchinK, que l’on pourrait résumer ainsi : une plateforme mettant à l’honneur la créativité des artistes-tatoueurs. Son projet débute en 2016 et ne cesse de se développer depuis. Rencontre avec un féru d’encre qui essaye de faire évoluer le monde du tattoo en se battant contre la censure.

Paradoxalement, c’est à l’approche de la trentaine qu’il se fait encrer pour la première fois, faute d’avoir trouvé plus tôt, le « bon » artiste. Le coup de cœur peut parfois se faire attendre mais c’est ce qui fait le charme du tatouage : « J’ai attendu de craquer pour le travail d’un artiste et c’est pour celui d’Ergo (@ergo. ta2) que je suis tombé. »

« Finalement urchinK est sorti en 2018, je me suis parfois attardé sur des détails, ça correspondait à ma vision de toujours vouloir faire pour le mieux. »

Guillaume urchinK

Son coup de cœur pour le milieu du tatouage l’emmène sur le chemin d’un projet d’envergure. En 2016, l’idée de créer une application dédiée au tattoo voit le jour : « Pour mon premier tatouage, j’ai eu du mal à trouver LE coup de cœur. Les annuaires qui existaient à l’époque ne m’avaient pas aidé dans ma démarche. » De fil en aiguille, entouré de nombreux tatoueurs qui le conseillent, Guillaume imagine l’outil idéal qui répond à la fois aux attentes des tatoués et des tatoueurs : « Finalement urchinK est sorti en 2018, je me suis parfois attardé sur des détails, ça correspondait à ma vision de toujours vouloir faire pour le mieux. »

Texte : Obeyingthemoon – Photos : @verophoto___

Outil de découverte totalement orienté vers l’art du tatouage, c’est un bon complément aux réseaux sociaux classiques dont l’algorithme est parfois sévère et où la censure est souvent injustifiée.

Vers la création de urckinK

Qu’est-ce que urchinK exactement ? Ce n’est ni un réseau social, ni un annuaire classique : « Il n’y a pas de système de notation et ce n’est pas seulement une plateforme de mise en relation, c’est un espace privé pour chaque tatoueur. Ils peuvent poster les tatouages réalisés et être découvert d’une façon unique, directement à partir de leurs créations. Ils peuvent aussi proposer des flashs et peuvent créer une boutique de merchandising. »

Outil de découverte totalement orienté vers l’art du tatouage, c’est un bon complément aux réseaux sociaux classiques dont l’algorithme est parfois sévère et où la censure est souvent injustifiée. Guillaume prône avant tout l’expression de la liberté artistique. Il est important pour lui que les clients se sentent libres, comme s’ils feuilletaient le book d’un artiste dans une boutique de tatouage : pas de censure, uniquement de la découverte.

Si à l’époque, urchinK était une des premières plateformes de ce genre à voir le jour, les choses ont bien évolué : « Je me demande souvent si ça vaut le coup de continuer. Je n’ai jamais rien gagné avec urchinK, c’est uniquement de la passion. J’encourage volontiers certaines plateformes concurrentes qui se lancent. » Mais c’est grâce au soutien de sa communauté que l’application est toujours là : « On a passé les 25 000 téléchargements et on approche des 1700 tatoueurs inscrits, ce qu’on fait ensemble est énorme. »

Parmi les tattoos à venir : un fer à cheval pour attirer la chance et surtout le logo d’urchinK pour se rappeler quoi qu’il arrive, l’aventure de sa vie !

Des coups de cœur dans la peau

Guillaume vit pour le tatouage à travers son application mais aussi par les œuvres qui traversent sa peau. En s’attardant sur les pièces qu’il porte, on retrouve une pièce du projet d’Olivier Poinsignon (@o.poinsignon.soun) « Ton visage », tatoué sur la convention de Clermont-Ferrand : « C’était une boucle où le visage d’une personne est tatouée sur une autre et ainsi de suite jusqu’à fermer le cercle. ». Il a également enchainé plusieurs pièces sur les jambes avec @gromtattooer, @ marcbonz et @odahil. Pour choisir ses prochains projets, Guillaume se laisse guider par les moments marquants de sa vie : « Je fonctionne sans me prendre la tête, en fonction de ce que j’ai envie de graver dans ma peau. » Beaucoup de projets tatouage attendent Guillaume pour la suite. Parmi les tattoos à venir : un fer à cheval pour attirer la chance et surtout le logo d’urchinK pour se rappeler quoi qu’il arrive, l’aventure de sa vie !

Artistes tatoueurs, tatoueuses, créez votre compte sur urchinK  : https://urchink.com/links


TATOUAGE MAGAZINE 141

EN KIOSQUE LE 24 JUIN !

Laisser un commentaire

Article ajouté au panier
0 items - 0,00